#UEED2021 : le Mouvement Impact France à l’avant-garde de l’économie (de demain)

Organisées par la coalition #NousSommesDemain qui réunit plus de 25 réseaux d’entrepreneurs engagés (du CJD aux Entrepreneurs Chrétiens, de B-Corp à la Communauté des Entreprises à mission), les troisièmes Universités d’Eté de l’Economie de Demain ont rassemblées les 26 & 27 août plus de 2000 entrepreneurs ! 

A cette occasion notre vision d’un modèle d’entreprise assis sur 4 piliers (impact social, impact écologique, partage du pouvoir et partage de la richesse) ainsi que nos propositions ont été propulsé sur le devant de la scène.  

Geoffroy Roux de Bézieux : « Vous êtes l’avant-garde des entrepreneurs »

Au lendemain de son discours où il annonçait l’indispensable virage écologique du capitalisme lors de la Ref du Medef, le patron des patrons, Geoffroy Roux de Bézieux est venu aux #UEED2021 saluer l’engagement des entrepreneurs du Mouvement Impact France. Selon lui, si toutes les entreprises se situent sur un continuum, celles réunies au sein d’Impact France constituent « l’avant-garde des entrepreneurs » invitant ainsi à continuer la mobilisation pour tirer, vers le haut ou dans le sens de l’Histoire, l’ensemble des entreprises. 

Une avant-garde que n’a pas manqué de remarquer Emmanuel Faber, l’ancien PDG de Danone qui a choisi les #UEED2021 pour faire sa rentrée. Devant une salle comble et plus de 30 000 personnes en ligne, il a salué une rentrée économique et un mouvement de dirigeants pour lequel la refonte écologique et sociale de l’économie n’était pas une idée à défendre mais un point de départ des échanges et des discussions.  

La communauté Impact France en vedette aux #UEED2021 !

Nos entrepreneurs membres d’Impact France étaient massivement mobilisés aux #UEED2021 pour en faire le rendez-vous incontournable de la rentrée économique. Nous étions plus de 250 à nous retrouver à cette occasion pour partager un moment convivial et faire de nouvelles rencontres au sein de la communauté.  

Les coups d’éclat de ces Universités d’Eté sont aussi venus de nos entrepreneurs : Eva Sadoun, notre co-présidente, a été chaleureusement applaudie :

" Il faut arrêter de parler de la transition écologique et sociale comme d’une contrainte, la vraie contrainte pour les entreprises, c’est tout ce qui rend plus cher et plus difficile d’agir et de se transformer "

Autre salve d’applaudissements pour Julia Faure de Loom qui nous rappelle que « compter sur le consom’acteur c’est bien, mais tant que Jeff Bezos ira se faire kiffer dans l’espace ça marchera pas ». Ajoutant par la suite que tant que les couts n’intègreront pas l’ensemble des externalités négatives, la transformation n’aura pas lieu. Dès l’introduction, Jean Moreau, notre co-président avait annoncé l’ambition : « on ne combat pas un modèle, on le démode ». 

Dans un autre cadre, les adhérents du Mouvement se sont retrouvés lors des déjeuners et de l’afterwork : une détente bienvenue qui permet de faire de nouvelles rencontres et de découvrir les entrepreneurs de sa région ou de son secteur, notamment la communauté Tech for Good France qui a particulièrement été au rendez-vous.  

En clôture des #UEED2021, Olivia Grégoire, Secrétaire d’Etat à l’économie sociale, solidaire et responsable, a salué notre Mouvement qui a su imposer ses Universités d’Eté comme un temps fort du mois d’août. L’occasion pour elle de rappeler le travail mené ensemble tout au long de l’année pour construire l’économie de demain. 

L’économie de demain, oui mais comment ?

Si la nécessité de réformer le capitalisme fait l’unanimité parmi les intervenants et les participants, différentes solutions ont émergé lors des #UEED2021.  

Une première solution est d’internaliser l’impact global des produits par le prix. Cela permettra de transformer les entreprises en supprimant ce qu’Eva Sadoun appelle la « prime au vice ». Estelle Brachlianoff, COO de Veolia résume : « tant que ça coutera moins cher de polluer que de dépolluer, les entreprises ne changeront pas ». Les nombreux débats autour de la compétitivité renforcent cette vision : Emmanuel Faber, Christophe Chavagneux (AlterEco) ou Marie Toussaint (eurodéputée ELLV) tous insistent, le prix doit refléter la qualité et les impacts réels du produit. Geoffroy Roux de Bézieux abonde : il se positionne en faveur d’une taxe carbone aux frontières européennes.  

Une autre solution fait de la transparence et de l’information du consommateur le moteur de la transformation. C’est ce qu’Olivia Grégoire indique : « pour que la liberté du consommateur soit réelle, nous devons faire la transparence sur les pratiques des entreprises, sur la base de données sourcées, ouvertes et vérifiables ». Même avis du côté des députés présents, Dominique Potier (PS) ou Jean-Noël Barrot (Modem) rappellent le rôle majeur du consommateur dans la transformation des entreprises. Tous se rejoignent, la transparence doit dépasser les prises de parole pour permettre à chaque consommateur de s’appuyer sur des données opposables. Notre Impact Score a ainsi engrangé de nouveaux soutiens, de Pascal Demurger (Maif) à Olivia Grégoire qui indique souhaiter le porter au niveau européen. 

La dynamique se poursuit !

Une dynamique qui se poursuit en région 

 

Après ces Universités d’Eté de l’Economie de Demain réussies, la dynamique enclenchée se propagera dans de nombreuses régions pour permettre aux acteurs de l’économie de demain de se rassembler et d’écrire le récit régional de l’engagement des entreprises. Le premier rendez-vous est donné à Nancy le 23 septembre pour les premières Universités de l’Economie de Demain avant un nouveau rendez-vous à Lyon le 19 octobre, puis Dijon le 9 novembre et Montpellier le 14 décembre. Participez pour faire de l’économie de demain une réalité au plus près de toutes les entreprises ! Je rejoins la dynamique !

S'inscrire à la newsletter