Manifeste

L’urgence sociale et écologique nous appelle à changer de modèle pour répondre aux besoins de tous et toutes, pour faire mieux avec moins. Entrepreneurs, nous pensons que le succès de la transition écologique et sociale repose sur un nouveau type d’entreprises qui se développent, en préservant le capital écologique et social de l’humanité.

Notre mouvement a réuni depuis dix ans une communauté de pionniers, qui ont démontré qu’un autre modèle est possible et que des entreprises pouvaient grandir en respectant le 4 piliers : Impact Social | Impact Écologique | Partage de la valeur | Partage du pouvoir. Tous les jours, elles prouvent que l’efficacité économique peut se conjuguer avec justice sociale et transition écologique. Elles ont aujourd’hui la responsabilité de transmettre leur modèle pour que toute entreprise puisse s’engager concrètement dans cette dynamique.

C’est pourquoi les entrepreneurs à impact social et écologique ont choisi de réunir autour d’eux toutes les entreprises et les acteurs économiques qui s’engagent dans la transition sociale et écologique sous une nouvelle bannière : celle du mouvement IMPACT France, 1er réseau lobbying et business des acteurs économiques à impact social et écologique. Le temps est à présent venu de passer de la logique de pionniers à la norme.

Les entreprises doivent entendre l’appel de la jeunesse pour un changement immédiat. Elles doivent prendre leurs responsabilités pour assurer leur avenir et celui de la planète. La capacité à attirer les jeunes talents, à renouer avec la confiance des consommateurs, à investir de nouveaux marchés, dépendra de cela.

Le Mouvement Impact France porte en ce sens un double projet entrepreneurial et politique, qu’il entend inscrire dans une perspective européenne et internationale pour contribuer à une société plus juste, plus solidaire et plus durable.

L’entreprise à impact social et écologique s’organise autour de 3 piliers :

 

👉 UNE FINALITÉ SOCIALE ET/OU ENVIRONNEMENTALE : l’ensemble du modèle économique est exclusivement tourné sur le développement de son impact social et/ou écologique, qui est son unique objet. Son impact social et écologique doit être relié à au moins un des 17 objectifs du développement durable définis par l’ONU et/ou répondre à la définition de la Loi Hamon sur l’Economie Sociale et Solidaire

L’article 2 de la loi définit clairement ce qu’est l’utilité sociale :

Sont considérées comme poursuivant une utilité sociale au sens de la présente loi les entreprises dont l’objet social satisfait à titre principal à l’une au moins des trois conditions suivantes :

  1. Elles ont pour objectif d’apporter, à travers leur activité, un soutien à des personnes en situation de fragilité soit du fait de leur situation économique ou sociale, soit du fait de leur situation personnelle et particulièrement de leur état de santé ou de leurs besoins en matière d’accompagnement social ou médico-social. Ces personnes peuvent être des salariés, des usagers, des clients, des membres ou des bénéficiaires de cette entreprise ;
  2. Elles ont pour objectif de contribuer à la lutte contre les exclusions et les inégalités sanitaires, sociales, économiques et culturelles, à l’éducation à la citoyenneté, notamment par l’éducation populaire, à la préservation et au développement du lien social ou au maintien et au renforcement de la cohésion territoriale ;
  3. Elles concourent au développement durable dans ses dimensions économique, sociale, environnementale et participative, à la transition énergétique ou à la solidarité internationale

👉 UN PARTAGE DE LA VALEUR mettant la rentabilité au service de la finalité sociale ou environnementale, notamment en assurant un réinvestissement dans l’entreprise à minima de 50% des bénéfices chaque année, et une échelle de rémunération suivant la taille de l’entreprise, au maximum de 1 à 20

Limitation des écarts de rémunération entre le plus haut revenu (fixe + variable + dividendes) de l’entreprise et le plus bas Limitation cible Limitation intermédiaire Limitation minimale

  • TPE 1 à 10 : De 1 à 5
  • PME 10 à 250 salariés De 1 à 10
  • ETI 250 à 5000 salariés : De 1 à 15
  • GE Plus de 5000 salariés : De 1 à 20

👉 UNE GOUVERNANCE PARTICIPATIVE impliquant toutes les parties prenantes

S'inscrire à la newsletter